bâtir


bâtir

bâtir [ batir ] v. tr. <conjug. : 2>
• déb. XIIe; p.-ê. du frq. °bastjan « assembler ou construire avec de l'écorce (bast) »
1Élever sur le sol, à l'aide de matériaux assemblés. construire, édifier, élever, ériger. Bâtir une maison. Se faire bâtir une villa. Fig. Bâtir des châteaux en Espagne. Bâtir une ville. fonder. Absolt Pierre à bâtir. Terrain à bâtir : destiné à la construction. Pronom. Brasilia s'est bâtie très rapidement. Loc. fig. Bâtir sur le sable : former une entreprise qui ne repose sur rien de solide, qui ne peut durer.
Faire (son nid), en parlant des oiseaux.
2Fig. construire, édifier, élever, établir, fonder. Bâtir sa fortune, sa renommée, sa réputation. Il a bâti rapidement son plan. « Il bâtissait sur des statistiques mouvantes des théories aussitôt lézardées » (Maurois). Il s'est bâti une sérieuse réputation. 1. faire.
3Cout. Assembler provisoirement et à grands points les parties de (un vêtement). Bâtir une jupe pour l'essayage. faufiler.
⊗ CONTR. Démolir, détruire, raser, renverser, ruiner. Débâtir. ⊗ HOM. poss. Bâtirent :battirent (battre); bâtis :battis (battre).

bâtir verbe transitif (francique bastjan, traiter les fils de chanvre) Élever sur le sol une construction à l'aide d'un assemblage de matériaux : Bâtir soi-même sa maison. Ordonner, financer, diriger la construction de quelque chose : Un architecte qui a bâti tout un quartier. Construire en assemblant des matériaux, en parlant des animaux : Les castors bâtissent des barrages. Édifier un ouvrage abstrait : Bâtir un empire. Établir, fonder quelque chose sur quelque chose (abstrait) : Bâtir une théorie sur de faux principes. Assembler à grands points deux morceaux de tissu ou les différentes parties d'un vêtement avant l'exécution définitive. Agencer selon certaines règles une phrase, un texte. ● bâtir (citations) verbe transitif (francique bastjan, traiter les fils de chanvre) Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Passe encor de bâtir : mais planter à cet âge ! Fables, le Vieillard et les Trois Jeunes Hommes John Ruskin Londres 1819-Brantwood, Cumberland, 1900 Lorsque nous bâtissons, pensons que nous bâtissons pour toujours. When we build, let us think that we build for ever. Les Sept Lampes de l'architecture, V, 10 bâtir (expressions) verbe transitif (francique bastjan, traiter les fils de chanvre) Terrain à bâtir, destiné à la construction. ● bâtir (homonymes) verbe transitif (francique bastjan, traiter les fils de chanvre) bâtirent battirent forme conjuguée du verbe battre bâtirent battirent forme conjuguée du verbe battrebâtir (synonymes) verbe transitif (francique bastjan, traiter les fils de chanvre) Élever sur le sol une construction à l'aide d'un assemblage...
Synonymes :
Contraires :
- démanteler
- démolir
Ordonner, financer, diriger la construction de quelque chose
Synonymes :
- édifier
- élever
Contraires :
- démanteler
- démolir
Construire en assemblant des matériaux, en parlant des animaux
Contraires :
- détruire
Édifier un ouvrage abstrait
Synonymes :
Établir, fonder quelque chose sur quelque chose (abstrait)
Synonymes :
- échafauder
- établir
Contraires :
Assembler à grands points deux morceaux de tissu ou les...
Synonymes :
Contraires :
- débâtir
- défaufiler
Agencer selon certaines règles une phrase, un texte.
Synonymes :
- façonner

bâtir
v.
rI./r v. tr.
d1./d Construire, édifier. Bâtir une maison.
|| Loc. fig. Bâtir en l'air ou sur le sable.
être bâti à chaux et à sable: V. sable.
d2./d Faire construire.
d3./d Fig. établir, fonder. Bâtir sa fortune sur un trafic.
d4./d Assembler à grands points les parties d'un vêtement. Bâtir un chemisier.
rII./r v. Pron. être construit. Cette maison s'est bâtie vite.

I.
⇒BÂTIR1, verbe trans.
COUT. Assembler (les pièces d'un vêtement) en (les) faufilant. Cette robe n'est pas cousue, elle n'est que bâtie (Ac. 1835-1932) :
1. Je la vois passer devant ma fenêtre, les pieds enfouis dans des souliers d'homme, habillée d'une veste noire dont les coutures ne sont que bâties avec du fil blanc, comme pour un essayage, ...
E. TRIOLET, Le Premier accroc coûte deux cents francs, 1945, p. 278.
Emploi abs. Assembler au moyen d'un faufil les pièces d'un vêtement :
2. Parfois, elle faisait, à la cantonade, quelque confidence pensive touchant son travail. Elle disait : « Je vais bâtir. » Je savais bien qu'elle allait prendre une aiguillée de fil et coudre à grands points. J'avais toutefois le temps d'imaginer qu'elle pouvait, par magie, faire surgir de la table des murailles, des palais, des tours.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Notaire du Havre, 1933, p. 63.
Prononc. Cf. bâtir2. Étymol. et Hist. V. bâtir2.
II.
⇒BÂTIR2, verbe trans.
I.— Emploi trans.
A.— [Le compl. désigne un inanimé concr.] Réaliser sur le sol en superposant, selon un plan établi, des matériaux appropriés.
1. [Le compl. désigne tout ou partie d'un édifice servant gén. à l'habitation] Construire, édifier. Faire bâtir une maison.
a) [Le compl. est exprimé] :
1. Jubal, père de ceux qui passent dans les bourgs
Soufflant dans des clairons et frappant des tambours,
Cria : « Je saurai bien construire une barrière. »
Il fit un mur de bronze et mit Caïn derrière.
Et Caïn dit : « Cet œil me regarde toujours! »
Hénoch dit : « Il faut faire une enceinte de tours
Si terrible, que rien ne puisse approcher d'elle.
Bâtissons une ville avec sa citadelle,
Bâtissons une ville, et nous la fermerons. »
Alors Tubalcaïn, père des forgerons,
Construisit une ville énorme et surhumaine.
HUGO, La Légende des siècles, La conscience, t. 1, 1859, p. 49.
P. ext. [Le suj. désigne un animal] L'oiseau bâtit son nid.
Emploi factitif. Faire construire. Bâtir une maison, un hôtel. Anton. détruire, démolir, raser :
2. Léopold [le duc] a toujours voulu créer, éterniser son âme. Par la pierre, d'abord : il bâtissait des murs, murs d'églises et de couvents. Le jour où, faute d'argent, il dut cesser d'assembler des pierres, il ne renonça pas à construire : il assembla et tailla des pierres vivantes.
BARRÈS, La Colline inspirée, 1913, p. 277.
[Avec un compl. indiquant le matériau utilisé] Bâtir une maison en (ou parfois de) bois, briques, pierre.
Rem. Cf. aussi infra ex. 8.
Loc. fig. Bâtir des châteaux en Espagne. ,,Faire des projets chimériques`` (DG). Commencer par bâtir la cuisine. ,,S'est dit des communautés qui songeaient à s'assurer un revenu avant de bâtir une église`` (BESCH. 1845).
SYNT. Bâtir une cathédrale, une chapelle, un château de cartes (RENAN, L'Avenir de la sc., 1890, p. 377), un collège, un édifice, une forteresse, une gare, un monastère, un mur, un palais, une pyramide, un quai, une rue (BALZAC, Les Petits bourgeois, 1850), une salle, une villa, une ville. — PARAD. Le sens de bâtir marque une orientation vers la verticalité, d'où la relative fréq. d'oppos. du type bâtir une maisonaire des chemins (CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 2, 1801, p. 366), frayer (J. et J. THARAUD, L'An prochain à Jérusalem! 1924, p. 148), tracer, ouvrir (VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 215 et 394). Noter cependant (l'accent étant alors mis sur l'accumulation méthodique de matériaux que représente l'établissement d'une route) : bâtir des voies romaines (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 492), des chemins (GUÉHENNO, Journal d'une « Révolution », 1937, p. 83).
b) Emploi abs. La manie de bâtir (Ac.), aimer à bâtir :
3. À droite, à gauche de la colonne, deux fontaines portent les armes de bourgmestres qui les ont faites. Ce droit de blasonner les monuments a fait détruire bien des édifices pour en bâtir de nouveaux; chaque magistrat démolit, bâtit.
MICHELET, Journal, 1840, p. 348.
À bâtir (précédé d'un subst.)
♦ Servant à bâtir. Pierre à bâtir.
♦ Destiné à être couvert de bâtiments. Terrain à bâtir, quartiers à bâtir (ZOLA, La Curée, 1872, p. 416) :
4. Les sols, progressivement transformés en terrains à bâtir, sont au fur et à mesure cédés à des organismes constructeurs publics et privés, ce qui permet le remboursement des avances et le financement d'une partie des charges d'équipement.
G. BELORGEY, Le Gouvernement et l'adm. de la France, 1967, p. 355.
Loc. Bâtir à chaux et à ciment, à chaux et à sable. Bâtir très solidement (cf. aussi infra ex. 8). Bâtir pour l'éternité. Bâtir très solidement; au fig. :
5. ... une des plus grandes illusions qu'on puisse avoir en politique, c'est de croire qu'on a bâti pour l'éternité.
BAINVILLE, Histoire de France, t. 2, 1924, p. 164.
2. [P. anal. de techn., de forme, d'usage, etc.]
a) [Le compl. désigne un inanimé composé de parties assemblées et prenant le plus souvent appui sur le sol] Bâtir un meuble, un engin (ROB.) :
6. On le croira ou non, il vint à bout de changer la poutre sans déplacer une tuile. De quelques madriers, il bâtit un appareil, mit un ais au point juste pour former levier.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 107.
b) Techn. diverses
BATELLERIE, vx ou région. [Le compl. désigne un bateau, une embarcation] Bâtir un canot, un vaisseau (infra ex. 11).
CHAPELLERIE. Façonner le feutre d'un chapeau (cf. bâtir1) :
7. Elle se chargeait de faire la cuisine, de tenir l'appartement propre, de raccommoder son linge, de le blanchir; elle pourrait au besoin coudre ses robes et bâtir ses chapeaux elle-même.
HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 60.
COIFFURE. Bâtir une coiffure.
IMPR. Bâtir le livre. ,,Mettre en pages, placer sur la forme`` (CHAUTARD 1937, p. 52). Bâtir la deux. ,,Caser sur la forme les paquets qui constitueront la seconde page d'un journal`` (L. RIGAUD, Dict. de l'arg. mod., 1881, p. 31).
3. Rare. [Le compl. désigne une pers.]
a) [Par emploi métaph. de A 1] :
8. Il faut croire que mon père, prévoyant les intempéries de mon existence, m'a bâti à chaux et à sable.
E. AUGIER, Le Fils de Giboyer, 1862, V, p. 40.
Arg. (p. ell. du compl.). Bâtir. Être enceinte; littéralement, être en train de bâtir un enfant (LARCHEY 1872, p. 43). Bâtir sur le devant. Id. (LA RUE 1954).
b) Région. Bâtir qqn. Lui construire une maison, une grange, etc. C'est lui qui a bâti le notaire (Canada 1930).
B.— Au fig. [Par emploi métaph. de A 1. Le compl. désigne un inanimé concr. ou abstr.]
1. Bâtir qqc. sur + compl. indiquant le fondement de ce qui est réalisé. Bâtir une nation sur l'héritage de ses pères (HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 228) :
9. En vérité vous me surprenez, Villefort, vous, substitut du procureur du roi, de bâtir une accusation sur de si mauvaises preuves.
A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 132.
Rem. Cf. la phrase souvent citée (p. ex. dans LAMENNAIS, De la Religion, t. 2, 1826, p. 159) de Jésus s'adressant à l'apôtre Pierre : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église (Matth., XVI, 18).
Spéc. [Le compl. désigne une œuvre musicale] Bâtir une pièce sur un motif de trois sous (G. SAMUEL, Panorama de l'art musical contemp., 1962, p. 187).
2. Emploi abs. :
10. Sa véracité était à toute épreuve, et sa moindre parole inspirait la même sécurité que le serment le plus solennel. On pouvait bâtir sur cette parole comme sur un rocher.
MONTALEMBERT, Hist. de ste Élisabeth de Hongrie, 1836, p. 38.
Loc. fig. Bâtir sur le sable. Fonder une entreprise sur une base insuffisante (p. réf. à l'Évangile selon st Matth., VII, 26-27) Bâtir en l'air. S'attacher à des projets ou à des entreprises chimériques. bâtir sur l'aile des vents Attacher ses pensées à des événements passagers, qui les emportent avec eux, c' est graver sur le sable, écrire sur les ondes, et bâtir sur l' aile des vents. (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 371); bâtir sur les nuages Si j' ai poursuivi une impossible chimère, si j' ai bâti sur les nuages, vous fûtes, vous, l' infatigable destructeur de l' idéal et du respect. (COPPÉE, La Bonne souffrance, 1898, p. 123).
II.— Emploi pronom.
A.— Emploi réfléchi
1. Région. Se bâtir. ,,Se faire bâtir une maison, une grange, etc. Il a commencé à défricher son lot, mais il ne s'est pas encore bâti`` (Canada 1930).
2. Au fig. :
11. Vois ce pays qui s'est bâti lui-même, exprès dans son tumulte spontané,
Ce long animal sur la mer dans le faisceau de ses muscles coordonnés.
CLAUDEL, Feuilles de Saints, 1925, p. 677.
B.— Emploi passif. Paris ne s'est pas bâti en un jour (P. LAVEDAN, Qu'est-ce que l'urban.? 1926, p. 677).
En constr. impers. :
12. Mais Birotteau l'adjoint, Birotteau le futur possesseur par moitié des terrains de La Madeleine, autour de laquelle tôt ou tard il se bâtirait un beau quartier, était un homme à ménager.
BALZAC, César Birotteau, 1837, p. 97.
Prononc. :[], (je) bâtis []. Demi-longueur pour la voyelle de 1re syll. chez PASSY 1914.
Étymol. ET HIST. — A.— Av. 1105 judéo-fr. bastir « coudre à grands points » (Gloses de Raschi, d'apr. D. S. BLONDHEIM, Contribution à la lexicographie française dans Romania, t. 39, p. 137, note 5); ca 1250 a.fr. (Vers de la mort, éd. C. A. Windahl, 25, 11 dans T.-L. : Mal faire et boine fin atendre Me sanle bastirs sans reprendre Cousture qui ne puet tenir), seulement deux attest. au XIIIe s., ibid.; 1530 « assembler à grands points les pièces d'un vêtement avant de les coudre » (PALSGR., p. 442); 1680 bâtir (RICH.); 1751 part. passé substantivé (Encyclop. : [...] chez les Tailleurs; c'est le gros fil qui a servi à bâtir un habit. [...]. Ainsi ils disent, ôtez le bâti de cet habit, pour ôtez le fil avec lequel on en a assemblé les morceaux). B.— Mil. XIIe s. « composer, arranger, édifier qqc. [l'obj. est un inanimé abstr., ici : des honneurs, interprétation acceptée par FEW t. 15, 1, p. 79a, note 8; G. Paris dans Romania, t. 9, p. 45 propose ,,palais``] » (Pèlerinage Charlemagne, éd. E. Koschwitz-G. Thurau, 367 dans T.-L. : Seignor, dist Charlemaignes, molt gent palais at ci. Tel nen out Alixandre ne li vielz Costantins, Ne n'out Creissenz de Rome qui tanz honurs bastit [qui mit en œuvre tant de choses qui manifestaient son haut rang, donc : tant de choses magnifiques, prestigieuses]); fin XIIe s. (CHR. DE TROYES, Chevalier charrette, éd. W. Foerster, 1780, ibid. : Mes je t'avrai mout tost basti Tel plet que malëoit gré tuen T'estovra feire tot mon buen); ca 1265 « construire [un édifice] » (Ph. DE NOVARE, Quatre Age de l'homme, éd. M. de Fréville, 27, ibid.), un autre ex. du XIIIe s., trad. des Livres des Macchabées dans LITTRÉ [trad. du XIIIe s. d'apr. Lerch dans Mél. Roques, t. 2, p. 190], rare au propre av. le XVIIe s. (GDF. Compl.; T.-L.; LITTRÉ); 1680 mét. (RICH. : Bastir [...] Terme de Chapelier. Former un chapeau avec des capades), attesté sous les formes bâtir ou bassetir dans Encyclop. 1751; av. 1699 bâti part. passé substantivé (d'apr. Tolmer dans Fr. mod., t. 14, p. 295); 1701 menuis. (FUR.); 1752 horlog. (Trév.).
De l'a.b.frq. bastjan (dér. d'un basta « fil de chanvre ») signifiant « traiter les fils de chanvre », d'où différentes accept. d'apr. le milieu : [couture] « faufiler », supra, cf. a.h.all. bestan « ravauder », GRAFF t. 3, col. 219, [tissage] « tisser », sens attesté en a. prov. : BOÈCE, 200 dans Mél. Roques, t. 2, 1953, p. 190; d'où p. anal. « construire une clôture constituée de pieux entrelacés de brindilles », procédé utilisé dans l'Europe de l'ouest à l'époque carol., spéc. dans les domaines prov. et cat. (FEW t. 15, 1, p. 78), puis « fortifier » cf. ca 1020, le dér. de lat. médiév. (domaine prov.) bastimentum « ouvrage fortifié, château fort » (GUÉRARD, Cart. de S.-Victor de Marseille, I, n° 615, p. 611 dans NIERM.), de même 1054, domaine cat. (Arch. de la Couronne d'Aragon, Ramón Berenguer, I, n° 154 dans GMLC). L'hyp. selon laquelle le sens de « construire (une maison) » serait issu de celui de « tisser », par l'intermédiaire de « faire, composer » (Lerch dans Mél. Roques, t. 2, 1953, pp. 185-202) paraît moins vraisemblable. — L'hyp. d'un empr. au germ. (BRÜCH, pp. 59-60) est moins probable; le mot ne semble, en effet, autochtone ni en ital., ni en esp. (DEI; COR.) et doit vraisemblablement son ext. dans la Romania à la diffusion de la civilisation carolingienne. — La dissociation des sens « faufiler » et « construire » pratiquée par Schuchardt dans Z. rom. Philol., t. 33, 1909, pp. 339-346 puis par EWFS2 qui fait remonter le 1er sens au germ. bastjan et le second au lat. vulg. bastare « suffire » (baster) ne semble pas à retenir, l'évolution sém. qu'elle suppose pour le second sens (« suffire » > « apprêter » > « bâtir ») étant peu satisfaisante.
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 715. Fréq. rel. littér. XIXe s. : a) 2 944, b) 2 571; XXe s. : a) 1 794, b) 2 322.
DÉR. Bâtissable, adj. Qui peut être bâti, où l'on peut bâtir. Église bâtissable, emplacement bâtissable (Lar. 19e-20e), terrain bâtissable (ROB.). Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s. 1re attest. 1866 (Lar. 19e); dér. de bâtir, suff. -able.
BBG. — BRÜCH (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, p. 300. — BRÜCH (J.). Der der germanischen Sprachen auf das Vulgärlatein. Heidelberg, 1913, pp. 107, 170. — DUCH. Beauté 1960, p. 154. — GOTTSCH. Redens. 1930, pp. 214, 428. — LERCH (E.). L'Étymologie de bâtir. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1953, t. 2, pp. 185-202 [Cr. ROQUES (M.). Romania. 1953, t. 74, p. 517]. — WARTBURG (W. von). Ursprung und Geschichte des Wortes bâtir. In : [Mél. Gamillscheg (E.)]. München, 1968, pp. 639-647.

bâtir [bɑtiʀ] v. tr.
ÉTYM. Av. 1105, bastir (couture), en judéo-français; sens 1., mil. XIIe; p.-ê. du francique bastjan « assembler avec du fil de chanvre » (bast), et, par ext., d'autres matériaux souples, cf. anc. provençal bastir (→ Bastide); mais P. Guiraud récuse cette orig. germanique « pour une technique aussi générale et aussi développée dans l'ensemble de la Romania », et rattache le mot à bastum, basitare, de basis « base, support » (mais il reste dans ce cas une difficulté formelle : le verbe devrait être baster, bâter).
———
I
1 Élever sur le sol à l'aide de matériaux assemblés, et de façon durable. Construire, édifier, élever, ériger. || Bâtir un édifice, une maison, une demeure, un logis, un château, un palais, un monument, une église, un théâtre, des remparts, un pont, une digue, un vaisseau.
1 Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux.
Du Bellay, les Regrets.
Fig. Bâtir des châteaux en Espagne.
Bâtir qqch. de ses propres mains (en parlant de l'homme). || Bâtir une maison, un mur avec de la boue, du ciment, du plâtre, en torchis, en pierre, en brique… || Les ouvriers, les maçons qui ont bâti cette maison.(Le sujet désigne un animal). || L'oiseau bâtit son nid (→ ci-dessous, cit. 2, 3 et 6).
2 Elle bâtit un nid, pond, couve et fait éclore (…)
La Fontaine, Fables, IV, 22.
3 Les abeilles, dans un lieu donné, tel qu'une ruche ou le creux d'un vieux arbre, bâtissent chacune leur cellule.
Buffon, Hist. nat. des animaux, Les abeilles.
4 (…) si les hommes n'avaient pas de mains (a dit Helvétius), ils n'auraient pu bâtir des maisons et travailler en tapisserie de haute lice (…)
Voltaire, Dict. philosophique, Homme.
5 Il est vrai, disaient ces philosophes, que si l'homme n'avait jamais eu que des pattes, il n'aurait jamais bâti ni villes, ni palais, ni vaisseaux (…)
Saint-Foix, Essai d'une histoire sur Paris, 1 t. IV, p. 307.
6 L'aigle déjà perché sur le comble des tours semblait dire : Ici je bâtirai mon aire (…)
Chateaubriand, Gaul., 264.
7 (…) ouvriers qui travaillez de vos bras à bâtir le Temple que nous élevons à l'esprit (…)
Renan, Vie de Jésus, Avertissement, X.
Loc. Bâtir sa maison sur le roc.(Sans compl.).Loc. Bâtir à chaux et à ciment : faire une construction solide. Inébranlable.Bâtir sa maison sur un sol, un terrain mouvant. — ☑ Loc. fig. Bâtir sur le sable : former une entreprise qui ne repose sur rien de solide, qui ne peut durer (→ ci-dessous, 2.).
8 Quiconque donc entend ces paroles que je dis, et les met en pratique, sera semblable à un homme sensé qui a bâti sa maison sur le roc (…)
Et quiconque entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique, sera semblable à un insensé, qui a bâti sa maison sur le sable : la pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison, et elle est tombée, et grande a été sa chute.
Bible (Crampon), Évangile selon saint Matthieu, VII, 24-27.
9 Le bien de la fortune est un bien périssable;
Quand on bâtit sur elle on bâtit sur le sable.
H. de Racan, Stances, « Thirsis ».
10 Je comparais les écrits des anciens païens qui traitent des mœurs, à des palais fort superbes et fort magnifiques qui n'étaient bâtis que sur du sable et sur de la boue.
Descartes, Discours de la méthode, I, p. 75.
11 Tout ce que bâtit l'homme est bâti sur le sable.
Hugo, les Voix intérieures, 28.
Faire bâtir, diriger ou ordonner, promouvoir la construction de. Bâtisseur. || L'architecte, l'entrepreneur qui a bâti cette maison. || Les palais qu'ont bâtis nos rois.
12 Quand on bâtit une maison, quoique les maçons, les charpentiers, les plombiers, les menuisiers travaillent bien, le gros de l'ouvrage va mal, s'il n'y a pas un homme principal qui les dirige (…)
Fénelon, Télémaque, XXII.
13 Les rois ne laissèrent pas de bâtir de magnifiques églises, de fonder de riches évêchés (…)
G.-T. Raynal, Hist. philosophique…, IV, 17.
14 Il (François Ier) voulut bâtir le Louvre, mais à peine eut-il le temps d'en faire jeter les fondements (…)
Voltaire, Essai sur les mœurs, 125.
15 Le maréchal de Vauban, né en 1633, le plus grand ingénieur qui ait jamais été, a fait fortifier, selon sa nouvelle manière, trois cents places anciennes, et en a bâti trente-trois (…)
Voltaire, la Henriade, VII, note.
16 Le couvent que j'ai bâti pour vivre en solitaire ne désemplit pas d'étrangers (…)
Voltaire, Lettre à d'Argental, 3 nov. 1766.
17 Ceux qui prétendent élever des sociétés en employant les passions comme matériaux de l'édifice ressemblent à ces architectes qui bâtissent des palais de cette sorte de pierre qui se fond à l'impression de l'air (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, III, 4.
Bâtir une ville. Fonder. || Romulus bâtit Rome. || Après avoir bâti Alexandrie, Alexandre quitta l'Égypte.
18 Sémiramis, s'élevant au-dessus de son sexe, bâtissait de superbes villes, équipait des flottes, subjuguait les peuples voisins (…)
Rollin, Hist. ancienne, 1 t. II, p. 52.
Bâtir un temple. Élever. || Bâtir un temple à Jupiter. Consacrer.
19 Le peuple immolait toujours dans les hauts lieux, parce que jusqu'alors on n'avait point encore bâti de temple au Seigneur (…)
Bible (Sacy), Rois, III, III, 2.
20 Mais je ne veux bâtir des temples que pour vous.
La Fontaine, À Mme de Montespan, 41.
20.1 Je veux bâtir pour toi, Madone, ma maîtresse,
Un autel souterrain au fond de ma détresse (…)
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et idéal », LVII.
Faire bâtir : payer (des ouvriers, entrepreneurs, architectes…) pour qu'ils bâtissent. || Une villa qu'il faisait bâtir par, à un entrepreneur local. || Les maisons qu'ils ont fait bâtir dans cette rue.
21 Socrate un jour faisant bâtir,
Chacun censurait son ouvrage (…)
La Fontaine, Fables, IV, 17.
22 Un château très logeable que je venais de faire bâtir (…)
Voltaire, Lettre à Mlle Corneille, 22 nov. 1760.
Absolt. Élever des constructions. || L'art de bâtir. || La manie, la rage de bâtir.
23 Passe encore de bâtir, mais planter à cet âge !
La Fontaine, Fables, XI, 8.
24 Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs (…)
La Fontaine, Fables, I, 3.
25 Il faut avoir trente ans pour songer à sa fortune; elle n'est pas faite à cinquante; l'on bâtit dans sa vieillesse, et l'on meurt quand on en est aux peintres et aux vitriers (…)
La Bruyère, les Caractères, VI, 40.
26 C'est ainsi qu'Empédocle reprochait aux Agrigentins d'entasser les plaisirs comme s'ils n'avaient qu'un jour à vivre, et de bâtir comme s'ils ne devaient jamais mourir (…)
Rousseau, Émile, IV.
Pierre à bâtir. || Terrain à bâtir, destiné à la construction. Bâtissable; constructible.
2 (Abstrait). Construire, édifier, élever, établir, fonder. || Bâtir sa fortune, sa renommée, sa réputation. || Bâtir un programme. || Bâtir une théorie, un système. || Bâtir des espérances, des chimères, des inventions… Échafauder. || Il a bâti sa réputation sur du roc (solidement), sur du sable, sur du vent.Par métaphore. || Bâtir l'édifice d'une théorie.Absolt. || Bâtir sur de solides fondements, sur de faux principes. || Bâtir en l'air (→ ci-dessous, cit. 28). || Bâtir et détruire (→ ci-dessous, cit. 34).
27 Et sur de grands exploits bâtir sa renommée.
Corneille, le Cid, I, 4.
28 Et, bâtissant en l'air sur le malheur d'autrui (…)
Corneille, Horace, IV, 4.
29 Vous supposez mon apostasie comme un principe ferme sur lequel vous bâtissez hardiment (…)
Pascal, les Provinciales, 17.
30 Si notre être, si notre substance n'est rien, tout ce que nous bâtissons dessus, que peut-il être ?
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d'Angleterre.
31 Peut-on bâtir sur des ruines ? Peut-on appuyer quelque grand dessein sur ce débris ?
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d'Angleterre.
32 Lucrèce ne laissait pas de bâtir de grandes espérances (…)
Furetière, le Roman bourgeois, I, 31.
33 Quand on m'offrait quelque place vide dans une voiture, ou que quelqu'un m'accostait en route, je rechignais de voir renverser la fortune dont je bâtissais l'édifice en marchant (…)
Rousseau, les Confessions, IV.
34 Quand il eut lu le second volume, il ne fut plus si content, et il conclut qu'il est plus aisé de détruire que de bâtir (…)
Voltaire, l'Ingénu, 10.
35 Une des plus grandes illusions qu'on puisse avoir en politique, c'est de croire qu'on a bâti pour l'éternité.
J. Bainville, Hist. de France, XIX.
36 C'est une grande erreur de spéculer sur la sottise des sots, et une erreur plus grande de bâtir sur l'intelligence des intelligents. Ils s'écartent de leur nature une fois par jour.
Valéry, Rhumbs, p. 244.
37 (…) mon esprit (…) se met à bâtir dans le monde (des rêves) où les constructions ne coûtent rien, ou presque rien.
Valéry, Autres rhumbs, p. 11.
38 Grand lecteur de revues financières, il bâtissait sur des statistiques mouvantes des théories aussitôt lézardées.
A. Maurois, Bernard Quesnay, I, p. 9.
39 (…) tous ces petits faits, toutes ces observations sur lesquelles il (l'esprit) a pris coutume de bâtir ses dangereux édifices (…)
A. Maurois, Climats, I, 10, p. 83.
40 Toutes les fois que, dans ses phrases, je trouvais un point obscur, je bâtissais une théorie ingénieuse qui m'expliquait pourquoi elle le voulait obscur.
A. Maurois, Climats, I, 9, p. 76.
3 a Vx. Construire, faire. || Bâtir un meuble, un engin… || Bâtir un moule pour faire des bateaux. || Bâtir le feutre sur une forme. Façonner. || Bâtir une coiffure.Par métaphore du sens 1. :
41 Et qu'une main savante avec tant d'artifice
Bâtit de ses cheveux le galant édifice (…)
Boileau, Satires, X.
b Mod. || Bâtir une phrase. Construire; agencer, assembler. || Morceau de musique bâti sur la gamme pentatonique.
41.1 (…) car, épinglant ici un feuillet supplémentaire, je bâtirais mon livre, je n'ose pas dire ambitieusement comme une cathédrale, mais tout simplement comme une robe.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 1033.
———
II (Av. 1105). Couture. Assembler les pièces de (un vêtement) en les faufilant. || Les ouvrières bâtissent une robe.Absolt. || Bâtir un vêtement à grands points. || Bâtir pour l'essayage. Faufiler.
Par ext. || Bâtir une couture.
41.2 (…) une veste noire dont les coutures ne sont que bâties avec du fil blanc, comme pour un essayage.
Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, p. 278.
——————
se bâtir v. pron.
1 Bâtir pour soi. || Elle s'est bâti une jolie maison. || La villa qu'ils se sont bâtie pour leurs vieux jours.
42 (…) se bâtir un édifice périssable de grandeur sur la terre (…)
Massillon, Carême, Sur le respect dans les temples.
2 Être bâti, en construction. || Cette ville s'est bâtie en peu de temps.Figuré :
43 Il (Bonaparte) lui fallait bien admettre qu'une société ne se réorganise pas aussi vite qu'un État, que c'est œuvre de longue haleine, et qu'il était nécessaire de créer des bases solides à cette nouvelle construction; ces bases solides établies, l'édifice nouveau se bâtirait presque de lui-même, mais assez lentement.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, XII, p. 182.
Impers. || Il s'est bâti de nouveaux quartiers depuis la guerre.
——————
bâti, ie passif et p. p.
1 Une ville bâtie sur un promontoire, en amphithéâtre.
44 On verra qui sait faire, avec un suc si doux,
Des cellules si bien bâties.
La Fontaine, Fables, I, 21.
45 C'est un petit village ou plutôt un hameau,
Bâti sur le penchant d'un long rang de collines
D'où l'œil s'égare au loin dans les plaines voisines (…)
Boileau, Épîtres, VI.
46 D'un ciment éternel ton Église est bâtie (…)
Boileau, le Lutrin, VI.
47 J'ai, entre les Alpes et le mont Jura, une terre grande comme la main, très joliment bâtie de ma façon (…)
Voltaire, Lettre à d'Argental, 1er févr. 1764.
48 (…) cette belle salle bâtie des mains de la nature (…)
Chateaubriand, les Natchez, III, 52.
49 C'est avec des morceaux de lave pétrifiée que sont bâties la plupart de ces maisons (d'Herculanum) qui ont été ensevelies par d'autres laves (…)
Mme de Staël, Corinne, XI, 4.
50 (…) on apercevait çà et là, le plus souvent bâtie en porte-à-faux au-dessus d'un abîme, quelque vieille petite pagode mystérieuse (…)
Loti, Mme Chrysanthème, I, I, p. 6.
Loc. fig. (Personnes). Littér. Être bâti à chaux et à sable : être solidement constitué.Cour.Être bien bâti, mal bâti, bien fait, mal fait. Fait; foutu (fam.).
51 Il vaut mieux, pour elle, un honnête homme riche et bien fait qu'un gentilhomme gueux et mal bâti.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 12.
52 (…) il était bâti, comme on dit chez nous, à chaux et à sable (…)
G. Sand, François le Champi, I, p. 29.
53 (…) la force de sa constitution résista jusqu'à la fin. Un corps et une âme ainsi bâtis semblent de porphyre et de granit, tandis que les nôtres sont de craie et de plâtras.
Taine, Philosophie de l'art, t. I, p. 186.
54 Duluc m'assurait hier encore que j'étais bâti à chaux et à sable. Il me promet que je vous enterrerai tous.
F. Mauriac, Génitrix, III, p. 43.
Fig., vieilli. Voilà comme je suis bâti (Académie) : tel est mon caractère.Vx. || Ainsi bâti… : ainsi fait.
55 Cet homme ainsi bâti fut député des villes
Que lave le Danube (…)
La Fontaine, Fables, XI, 7.
56 L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme
L'impossibilité disparaît à son âme.
La Fontaine, Fables, VIII, 25.
2 Dr. Garni d'une ou de plusieurs constructions. || Propriétés bâties, non bâties.
Bâti, n. m. Voir à l'ordre alphabétique.
CONTR. Démolir, détruire, raser, renverser, ruiner — (Du II.) Débâtir.
DÉR. Bâti, bâtiment, bâtissable, bâtissage, bâtisse, bâtisseur.
COMP. Rebâtir. — (Du II.) Débâtir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bâtir — 1. (bâ tir) v. a. 1°   Faire une construction quelconque. Bâtir une église. La brique et le moellon qui ont servi à bâtir la ville. Je me suis bâti une cabane. •   À cause d une maison qu il faisait bâtir, BOSSUET Hist. III, 7. •   Les superbes… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bâtir — BÂTIR. v. act. Édifier, construire, faire un édifice. Bâtir une maison, une Église. Bâtir en pierre, en brique. Bâtir sur pilotis. Bâtir à la moderne. Bâtir à l antique. Bâtir un pont. Bâtir un vaisseau. f♛/b] Bâtir en l air, Se mettre des… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • batir — BATÍR, batire, s.n. Fir de bumbac răsucit uşor, puţin mai gros decât aţa de cusut, întrebuinţat la însăilat. – et. nec. Trimis de valeriu, 03.04.2003. Sursa: DEX 98  batír s. n., pl. batíre Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar… …   Dicționar Român

  • batir — verbo transitivo 1. Golpear (el viento, la lluvia o las olas) contra [una cosa]: Las olas batían con fuerza en el espigón del puerto. 2. Golpear y remover (una persona) …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • batir — (Del lat. battuĕre). 1. tr. golpear. 2. Golpear para destruir o derribar, arruinar o echar por tierra alguna pared, edificio, etc. 3. Recoger o desarmar una tienda o un toldo. 4. Atacar y derruir con la artillería. 5. Dominar con armas de fuego… …   Diccionario de la lengua española

  • batir — Se conjuga como: partir Infinitivo: Gerundio: Participio: batir batiendo batido     Indicativo   presente imperfecto pretérito futuro condicional yo tú él, ella, Ud. nosotros vosotros ellos, ellas, Uds. bato bates bate batimos batís baten batía… …   Wordreference Spanish Conjugations Dictionary

  • bâtir — débâtir rebâtir …   Dictionnaire des rimes

  • BÂTIR — v. a. Édifier, construire ; ou Faire édifier, faire construire. Bâtir une maison, une église, un palais. Bâtir un pont. Bâtir, faire bâtir des maisons. Bâtir de pierre, de brique. Bâtir sur pilotis. Bâtir à la moderne. Bâtir à l antique. Cet… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • batir — (Del lat. battuere.) ► verbo transitivo 1 Dar golpes sobre una cosa: ■ los cascos de las caballerías batían el empedrado de la avenida. 2 CONSTRUCCIÓN Golpear una pared o un edificio para destruirlos o derribarlos. 3 Separar las piezas con las… …   Enciclopedia Universal

  • BÂTIR — v. tr. élever une maison, un édifice. Bâtir une église, un palais. Bâtir un pont. Bâtir, faire bâtir des maisons. Bâtir de pierre, de brique. Bâtir en pierre, en brique. Bâtir sur pilotis. Cet édifice a fait la réputation de l’architecte qui l’a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.